Planning

programme-semaine-sept2-5.jpg

Ce planning est provisoire et risque d’être modifié selon l’effectif des cours et la demande.

  • LADY CT: Lady Cross Training (cours 100% femmes)
  • MUAY THAI: Boxe Thailandaise
  • Kick/K1: Kick Boxing

 

Le cross-training ou entraînement croisé est une méthode d’entraînement physique regroupant des exercices dans différentes disciplines et permettant ainsi d’améliorer la performance globale. Le Cross Training est un entraînement intensif de type circuit training où l’on doit réaliser des exercices dans un temps donné. C’est un mélange de force athlétique, d’haltérophilie, de gymnastique et de sports d’endurance. C’est un sport très complet qui est basé sur le développement de 10 qualités : l’agilité, l’équilibre, la vitesse, la puissance, la précision, la résistance, la coordination, la flexibilité, la force et le cardio. L’objectif est d’améliorer ses performances physiques mais aussi mentales ainsi que sa condition physique dans toute sa globalité.

Le Cardio Boxe: est une forme de pratique des années 1990, issue des États-Unis axée sur la condition physique et notamment le développement de la fonction cardio-respiratoire (appelée « cardio-training »). Elle consiste à exécuter des techniques de boxe contre le sac de frappe et/ou dans le vide.

La boxe anglaise, aussi appelée le noble art, est un sport de combat dans lequel deux adversaires, de même catégorie de poids et de même sexe, se rencontrent sur un ring, munis de gants rembourrés afin de limiter le risque de coupure, et s’échangent des coups de poings, portés au visage et au buste. Le combat est divisé en intervalles de temps, les rounds, séparés par une minute de repos annoncée par une cloche où le pugiliste pourra être conseillé et soigné si besoin.

Le Self défense : ensemble des techniques de combat pour faire face à une attaque lorsque l’on est désarmé. Le but est de faire cesser l’attaque avant d’être maîtrisé, blessé ou même tué, le plus rapidement possible. S’il y a un respect rigoureux de règles de sécurité pendant l’enseignement et l’entraînement, avec utilisation d’armes factices et port de protections, l’application réelle se fait sans aucun respect de l’attaquant, puisque celui-ci ne respecte pas sa victime. Il faut toutefois souligner que, vis-à-vis de la loi française, la réponse doit être proportionnée à l’attaque, et que l’on ne peut être considéré en légitime défense que si l’on est attaqué en premier[1]. La défense personnelle s’attache à utiliser au mieux l’environnement et à utiliser les objets qui nous tombent sous la main : ceinture, chaise, bouteille, cendrier…

Le JJB (jiu-jitsu brésilien) est un art martial, un sport de combat et un système de défense personnelle dérivé de techniques du judo et du ju-jitsu importées du Japon au Brésil par Mitsuyo Maéda vers 1920, puis développé par la famille Gracie. Le jiu-jitsu brésilien promeut le concept qu’une personne peut se défendre face à un opposant plus lourd et fort en utilisant les techniques appropriées, plus particulièrement en amenant le combat au sol et en appliquant des techniques d’étranglement, de clé articulaire ou de compression musculaire.

Le MMA (Mixed Martial Arts)ou art martial mixte en français (et anciennement combat libre ou free-fight), est un sport de combat complet, qui s’est développé ces dernières années, où les deux combattants peuvent utiliser de nombreuses techniques plus ou moins violentes, associant pugilat et lutte au corps à corps. Certaines fédérations autorisent les techniques de percussion telles que les coups de pied, de poing, de genou et de coude, mais aussi les techniques de projections et de soumission (grappling) et quelquefois des techniques particulières effectuées au sol.

La Capoeira est un sport afro-brésilien catégorisé comme un art martial. Il s’agit en fait d’un mélange de méthodes de combat et de danse africaine. Ce sport a été inventé par les esclaves africains au Brésil. Ceux-ci cachaient les gestes de lutte (interdits par les colons) en les transformant en mouvements de danse.

Le Grappling : Ensemble des techniques permettant à un combattant de soumettre, immobiliser ou projeter un adversaire au sol dans un combat de lutte. Ces techniques diffèrent selon les sports : judo, lutte gréco-romaine, catch, etc.
Exemple : L’étranglement est une technique de grappling.
Le grappling (signifie « lutte » en anglais) désigne l’ensemble des techniques de contrôle, projection, immobilisation et soumission d’un adversaire dans un combat debout ou au sol, à mains nues. Les techniques de soumission incluent les luxationsétranglements et compressions. Le concept de grappling est généralement opposé à celui des techniques de percussion (coups de poings, pieds…), et se distingue de sports, règles ou systèmes martiaux particuliers (lutte gréco-romainejudo…).

Le Kick-boxing est une discipline sportive appartenant au groupe des boxes pieds-poings[1] (BPP) développée au début des années 1960 par les Américains, ou « kick-boxing américain » (avec coup de pied circulaire en ligne basse – uniquement sur la cuisse) et parallèlement à la même époque par les Japonais, appelé « kick-boxing japonais » avec autorisation des coups de genou directcoups de coude et projections de judo. Ce type de boxe, notamment de compétition, a été influencé par de nombreuses pratiques de combat extrème-orientales et également par les boxes occidentales, notamment la boxe anglaise et la boxe française. Pour cette dernière version, depuis les années 1990, la forme la plus médiatique est le tournoi des plus de 93 kg (poids lourds) du K-1 World Grand Prix et le tournoi des moins de 70 kg (super-welters ou en français, super mi-moyens), le K-1 World MAX. Cette pratique peut être assimilée à un art martial (art de combat) compte tenu de ses origines et de sa pratique très usitée dans le Monde des arts martiaux.

La Boxe thaïlandaise, ou muay-thaï  « boxe du peuple thaï »), abrégée en boxe thaï, est un art martial, et plus précisément, un sport de combat, classé en Occident parmi les boxes pieds-poings. La boxe thaï trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans le muay boran (boxe traditionnelle) et le krabi krabong (pratique avec les armes). Elle est la plus populaire des boxes du Sud-Est asiatique (boxe birmaneboxe khmèreboxe laotienneboxe vietnamienne) et doit sa popularité au fait qu’elle est une discipline nationale professionnalisée. Sa pratique permet à de nombreux pratiquants, athlètes (même très jeunes), entraîneurs, managers et promoteurs, d’en vivre. Elle représente un marché lucratif en Thaïlande générant autour d’elle une économie non négligeable. Comme ses cousines elle a la réputation d’être une pratique de combat particulièrement violente et on lui reproche surtout de répandre l’idée selon laquelle « tous les coups sont permis.